05 octobre 2021

Maxime Bouet : « Encore une journée dantesque »

Maxime Bouet termine au sein du peloton principal cette édition 2021 des Tre Valli Varesine.

Photos GettyImages

Sur la ligne

« Encore une sacrée journée ! A tous les niveaux, météo, course puisque cela n’a jamais débranché du départ à l’arrivée, cette édition des Tre Valli Varesine proposait en prime un parcours très difficile fait d’une succession de montées et de descentes, et puis, donc, la pluie et le froid qui se sont invités et ont rendu cette épreuve encore plus difficile. La journée a vraiment été éprouvante. Je commets une petite erreur en début de course en tentant de m’échapper, et j’ai fait plusieurs kilomètres seul, ces cartouches laissés me coûtent peut-être un peu d’énergie supplémentaire dans le final pour tenter d’accrocher une meilleure place. Je suis en tout cas ce soir davantage satisfait qu’au sortir du Giro Dell’Emilia sur lequel je n’étais pas super, et fortement déçu car la semaine passée j’ai fait une grosse semaine d’entraînement. Ce Tre Valli Varesine me rassure quant à ma condition et paie en retour le travail et les sacrifices consentis la semaine passée à l’entraînement. À six-sept kilomètres de l’arrivée j’étais encore dans le groupe avec Pogacar et Des gros leaders, nous n’étions plus qu’une vingtaine devant. Ma place à l’arrivée ne reflète pas forcément ma course, mais c’est ainsi, c’est la loi du sport, en tout cas aujourd’hui où je me situais et avec quels coureurs je me trouvais en fin de course. »

Yvon Ledanois, Directeur-sportif

Le débrief’

« Encore une journée dantesque avec des conditions météorologiques exécrables, après ce n’est surtout pas une excuse car elles sont pour tout le monde pareil. Nous sommes à notre place sur ces Tre Valli Varesine face à beaucoup de coureurs confirmés, de leaders même. Je tire mon chapeau à Maxime, Anthony s’est battu le plus possible. L’objectif sans nous et  dévaluer Maxime, était de le placer parmi les 20 premiers compte tenu du fait du plateau, nous y sommes presque. A partir moment où les coureurs dans de telles conditions donnent leur maximum et à la vitesse à laquelle cela roule, on ne peut nourrir de regrets. Il n’y a plus à dire. ».

Coureurs